Oriental Marocain

Oriental Développement

Oriental Tourisme

Oriental Technologies

Oriental Carrières

Oriental Culture

Oriental TV

Discovering Oujda

Discovering Berkane

Discovering Nador

Discoering Figuig

Discovering Taourirt

Discovering Jerada

Discovering Driouch

Discovering Guercif

Découvrez tous les sites de la Région de l’Oriental

Bienvenue sur le site de

L'agence de l'Oriental

Présentation

Les éditos de M. Mbarki

Second Life pour Jerada

 
Mohamed Mbarki Agence oriental

Second Life est tout à la fois un jeu et un réseau social, un univers virtuel ou
chacun choisi son apparence, son « avatar », les situations qu’il veut vivre et les objectifs qu’il va atteindre, ainsi que le chemin pour les atteindre. Second Life à Jerada n’a rien de virtuel, les personnages y sont bien réels, souvent en souffrance et meurtris jusque dans leur identité : l’objectif de cette « seconde vie » est tout simplement d’offrir à tous et à chacun une seconde chance. Le chemin pour y parvenir ne peut que s’appuyer sur l’acquis et celui-ci est totalement lié à la mine, tous les acteurs en conviennent et les experts convoqués les rejoignent. Ici, l’enjeu est profondément humain, économique, social autant que sociétal.

Non pas que rien ne fut fait pour accompagner la fermeture de la mine. Un pilotage de plusieurs années a même accompagné la réduction progressive de l’effectif, des reconversions furent possibles pour certains et des indemnisations distribuées. Mais la fermeture d’une mono-industrie conduit tout un territoire au déclin, au delà même de la seule ville de Jerada. Elle constitue un drame humain et économique qui dépasse de loin les cadres de réflexion auxquels les acteurs publics savent et doivent répondre. Une décennie plus tard, il est clair que le territoire ainsi stigmatisé ne pourra trouver seul les moyens d’une relance économique et sociale endogène. Jerada est née de la mine et tout s’y rattache encore, à commencer par les paysages. Il est donc clair que deux points sont inexorablement acquis : un projet fort, mobilisateur et fédérateur, est seul de nature à pouvoir répondre à la situation actuelle. L’ampleur de cette ambition exige de puissants moyens, à la fois d’investissement et de ressources humaines ; ensuite, un tel projet ne peut s’ancrer efficacement sur le territoire que s’il se greffe sur le patrimoine minier omniprésent, à la fois physiquement, culturellement, inscrit au coeur de la
mémoire collective.

Ce qui est aujourd’hui une friche à l’abandon rappelle à chaque habitant et chaque visiteur, à tout instant et où que porte son regard, la fin de trois quarts de siècle d’essor économique et la décennie de stagnation qui s’en est suivie, malgré les investissements publics. Plusieurs sites de par le monde, autrefois empreints de la mono-activité minière, ont eu à repenser leur avenir. Nous avons tout naturellement voulu comprendre ce que furent les ressorts de leur réussite et des experts ont été mobilisés pour dresser un benchmark mondial des meilleures pratiques.

Ce recueil a été croisé avec les réalités locales, régionales et plus largement marocaines, afin de tracer les grandes lignes d’un projet dont la viabilité effective et la faisabilité réelle tiennent compte de nos atouts, de nos acquis, et de nos potentialités, notamment en matière d’investissements mobilisables comme de marchés porteurs. Une chance pour Jerada : son appartenance à la Région de l’Oriental. La connectivité régionale rénovée offre au projet des atouts décisifs, le rendant accessible par des infrastructures de transport et des services susceptibles de lui drainer dans de bonnes conditions un large public, marocain comme étranger.

Ce sont quelques-uns des bienfaits de l’Initiative Royale pour le Développement de l’Oriental qui a tant revitalisé la Région. Nous sommes à ce point précis de l’avancée de la démarche et c’est tout cela que relate cet ouvrage. A ce stade, le projet a pris son envol ; mieux, il s’est avéré
fédérateur et mobilisateur, comme en témoignent ici élus locaux, pouvoirs publics, et partenaires. Il importe donc de consolider l’espoir qui vient de naître, de diffuser ce projet et d’y faire adhérer toujours davantage, de conforter la dynamique déjà amorcée. Il s’agit également - et peut être aujourd’hui principalement - de protéger et sauvegarder les traces physiques du passé minier de Jerada : machines-outils, locaux, instruments divers… brader ces machines au prix du kilo d’acier serait une atteinte très grave au patrimoine du Royaume et à la mémoire nationale.

Ce sont précisément les missions de ce numéro spécial de la Revue Oriental.ma et c’est le sens que les auteurs ont donné à leur contribution gracieuse ; qu’ils en soient remerciés. Le moment est stratégique. L’espoir aussi grand que fragile encore. C’est dans la
durée, le maintien de nos efforts collectifs assidus, toutes les intelligences et les compétences mobilisées, que réside désormais le succès espéré. Puisse le présent document y contribuer.

 
M.Mohamed Mbarki
Directeur Général de
l'Agence de l'Oriental

 

failure select
SELECT * FROM cartouche_0 WHERE RefRub=95 and lang='fr'