Bienvenue sur le site de

L'agence de l'Oriental

Espace infos

Espace infos

Actualités

Daté du - Actualités

Oriental: Les pluies d’avril sauvent la saison agricole

Oriental: Les pluies d’avril sauvent la saison agricole

En plus de leur apport en eau de stockage, les dernières pluies ont ravivé le couvert végétal, bénéfique pour le cheptel (Ph. A.K)

Les pluies d’avril sont en train de sauver la saison agricole au niveau de l’Oriental. Le cumul des précipitations durant ce mois a dépassé celui enregistré au cours des trois premiers mois de 2020. Il a également pulvérisé ceux de la pré­cédente saison avec + 47% à Oujda, + de 25% à Tafoughalt, + de 164 % à Taourirt, + de 57% à Driouch, + de 153% à Reggada, + de 1470% à Bouarg (Nador), + de 58 % à Slima­nia, et + de 41% à Aghbal. Excep­tion faite pour la province de Figuig qui n’a pas bénéficié de ces apports pluviométriques avec moins de -3% à Figuig et moins 40% à Tandrara.


Les importantes pluies d’avril ont impacté positivement sur le taux de remplissage du barrage Mohammed V, principal barrage de la région. Son taux de remplissage est passé de 84,4 millions m3 au 26 avril 2019 à 189,9 millions m3 en cette fin d’avril. De son côté le barrage Oued Za réalise 100% de sa capacité de stockage (54 millions m3). Idem Pour Machraâ Hammadi qui est lui aussi à 100% de sa capacité de stockage.

Au total, les retenues des principaux barrages de la région ont atteint, au dimanche 26 avril 2020, près de 300 millions m3, enregis­trant ainsi un taux de remplissage de 86,6%. Quant au barrage Hassan II (à 20 km de Midelt) qui fait partie du complexe hydraulique du bassin de la Moulouya et pas de la région de l’Oriental, il enregistre une marque de 40% par rapport à la même date de la saison écoulée. C’est un bar­rage réserve pour la région en cas de besoin en eau d’irrigation.

Grâce à ces apports la situation est en train de s’améliorer en com­paraison avec le mois de janvier dernier avec un impact positif sur les arbres fruitiers, cultures de prin­temps et cultures maraîchères. C’est le cas également pour les céréales tardives.

Les besoins des cultures pendant l’été sont énormes et par consé­quent, il faut gérer l’offre d’une ma­nière efficiente et efficace. «Cet état de satisfaction pourrait être éphé­mère si les agriculteurs continuent à installer des cultures de printemps grandes consommatrices d’eau tel que la pastèque et le melon», sou­ligne Hamid Chebabi, directeur ré­gional de l’ONCA. Et de préciser: «La responsabilité incombera à tout un chacun pour gérer de manière concertée une ressource en eau de plus en plus prisée».

Source : L'Economiste

Partagez
Des investissements importants

Des investissements...

L'Initiative Royale se traduit par un investissement public...

Lire la suite

Investir dans la Région

Investir dans la Région

Revue de presse

Revue de presse

Navigation

Présentation

Nos actions

Pourquoi l'Oriental ?

L'impulsion Royale

Espace infos